Nos contributeurs

Mylène  Forget
Annie Langlois
Valérie Lavoie
André Fortin
Chloé Chagnon
Marie-Claude Éthier

Nouvelles

2020-12-14

PLUS QU’UN TOIT… GUÉRIR L’ITINÉRANCE

Communiqué

La Fondation La rue des Femmes lance une campagne de financement de 8 M$ pour réaliser son ambitieux projet d’établir l’Institut de santé relationnelle La rue des Femmes


Montréal, Québec, le 14 décembre 2020 - La Fondation La rue des Femmes (LrdF) lance une campagne majeure de financement qui vise à amasser 8 M$ afin de concrétiser son grand projet, l’Institut de santé relationnelle LrdF, le tout premier centre de recherche et développement en santé relationnelle au Canada, et de soins curatifs et préventifs destinés aux femmes en état d’itinérance ou à risque d’y sombrer. Le but ultime de cette démarche est demieux comprendre, mieux soigner et mieux prévenir l’itinérance.

Sous le titre « Plus qu’un toit… guérir l’itinérance », la campagne de financement 2020-2024, coprésidée par Jean-Yves Bourgeois, premier vice-président, Services aux entreprises, Mouvement Desjardins, Éric Filion, président, Hydro-Québec Distribution et Services partagés, Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée, Cycle Capital, et Maarika Paul, première vice-présidente et cheffe de la Direction financière et des Opérations, Caisse de dépôt et placement du Québec, a pour objectif principal de doter l’Institut de santé relationnelle LrdF des ressources nécessaires pour assurer la guérison des femmes en état d’itinérance.

Grâce à la mobilisation de son cabinet de campagne, ce volet du projet pourrait voir le jour dès la fin de 2021, avec la création d’un nouveau centre de soins pour faire face à la situation de plus en plus criante de l’itinérance des femmes. Concrètement, l’organisme cherche à aménager de nouveaux locaux pour y offrir des activités et services thérapeutiques, et à embaucher des thérapeutes et intervenantes spécialisées afin que 25 % plus de femmes puissent bénéficier des soins et services. Il vise également à doubler le nombre de femmes maintenues en logement (de 350 à 700 femmes).

« Nous sommes très fiers et fébriles d’entreprendre cette nouvelle campagne de financement, la plus ambitieuse de l’histoire de la Fondation La rue des Femmes », explique Léonie Couture, présidente fondatrice de l’organisme. « En 26 ans, nous avons accueilli des milliers de femmes – en état de stress post-traumatique chronique, en état de souffrances indicibles –, et la demande pour des soins curatifs et préventifs et l’aide d’urgence ne cesse d’augmenter. L’Institut de santé relationnelle, par sa pratique novatrice et efficiente, transformera littéralement la manière d’aborder les soins auprès des personnes en état d’itinérance », ajoute-t-elle.

En outre, cette campagne permettra à l’organisme de poursuivre ses activités de recherche et développement, et de formation en santé relationnelle. La santé relationnelle est la capacité vitale d’être en sécurité et en lien avec soi-même et avec les autres. L’approche d’intervention unique de La rue des Femmes, confirmée par les plus récentes découvertes en neurosciences sur le trauma, aux États-Unis, a fait l’objet d’une première recherche de l’UQÀM, en 2016[1]. Grâce à une subvention obtenue par le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres et aux fonds recueillis par la campagne majeure, un deuxième projet de recherche est présentement en cours afin de modéliser la pratique d’intervention en santé relationnelle et de la diffuser dans tout le Canada.

Pour les coprésidents de la campagne, Jean-Yves Bourgeois, Éric Filion, Andrée-Lise Méthotet Maarika Paul, l’organisme qui se distingue par son approche novatrice de soins dispensés dans ses trois centres de soins et services montréalais, est à un carrefour de son histoire. « Comment rester insensibles devant ces femmes qui vivent une grande détresse, et dont les besoins sont si grands. En s’unissant tous ensemble pour soutenir l’équipe de La rue des Femmes, un plus grand nombre de femmes bénéficieront de soins et de services dans un milieu de vie sécuritaire et retrouveront plus rapidement leur place dans la société », soulignent-ils.

Compte tenu de l’importance que revêt ce projet pour les femmes en état d’itinérance, la Fondation LrdF fait appel à la grande générosité de la communauté des gens d’affaires, des organisations et des particuliers.

Visitez le site laruedesfemmes.org pour en savoir plus sur la campagne et ses objectifs ainsi que pour télécharger la brochure d’information. Pour visionner la publicité télé de la campagne, cliquez ici. La Fondation La rue des Femmes vous remercie à l’avance de votre soutien. Par vos contributions financières, quelles qu’elles soient, vous devenez fier partenaire de ce projet visionnaire.

À propos de La rue des Femmes

Organisme à but non lucratif fondé par Léonie Couture, C.M., C.Q., en 1994, La rue des Femmes offre les soins et services spécialisés en santé relationnelle qui permettent aux femmes en état d’itinérance de guérir et de retrouver une vie normale. Annuellement, La rue des Femmes accueille plus de 1200 femmes et dispense 55 000 heures de soins de santé relationnelle, dont 4 000 en soins spécialisés (counseling, psychothérapie, art-thérapie, etc.).

-30-

Source : Fondation La rue des Femmes

Informations, visuels et demandes d’entrevue :

Valérie Lavoie
Conseillère
Massy Forget Langlois relations publiques
Cellulaire : 438-885-9135
vlavoie@mflrp.ca

 


[1] Une recherche de l’UQÀM dirigée par Dre Sophie Gilbert, Une intervention novatrce auprès des femmes en état d’itinérance : l’approche relationnelle de La rue des Femmes, 2016, http://www.laruedesfemmes.org/sante-relationnelle/recherche-et-formation/

Par Annie Langlois